25.10.12

NDE & NdO


  Je rappelle une fois de plus l'expérience essentielle de Jung, victime d'une fracture du pied le 11 février 44, puis d'un infarctus qui le laisse entre la vie et la mort pendant plusieurs semaines.
  Il a des visions pendant cette période, notamment ce qui ressemble fort à une NDE. Il baigne dans la félicité, s'éloigne de la terre, et parvient jusqu'à un temple bâti dans un roc flottant dans l'espace. Il sent qu'il aura à l'intérieur les réponses à toutes les questions, mais il ne peut en franchir le seuil, car son docteur est là, qui lui assure qu'on a encore besoin de lui sur terre.
  Il réintègre son corps malade, et la rencontre du docteur Haemmerli dans l'autre monde lui fait soupçonner que ce dernier pourrait être menacé. Il lui fait part de ses craintes, mais Haemmerli considère son récit comme un délire symptomatique de son état.
  Il vient à Jung l'idée que Haemmerli pourrait mourir à sa place, et le 4/4/44, le jour où il est autorisé à s'asseoir sur son lit, Haemmerli doit s'aliter. Il ne se relèvera pas jusqu'à sa mort le 30 juin 44, au moment où Jung quitte l'hôpital (peut-être ce jour précis, fin juin ou début juillet selon les biographes).

  C'est du moins le récit que fait Jung dès 45 dans une lettre à une amie en phase terminale, réitéré en 55 dans une lettre au frère de Haemmerli, enfin publié dans son autobiographie publiée après sa mort, Ma Vie.
  J'ai repris ceci parce qu'il y a un nouvel élément, ahurissant. Si Haemmerli avait pris le récit de Jung au sérieux, peut-être aurait-il pu se soigner à temps, mais l'expérience de Jung ne pouvait guère être prise au sérieux en 1944. Ce n'est qu'en décembre 1975 que serait publiée la première enquête sur les témoignages des "ressuscités", multipliés par les progrès de la médecine, montrant leurs points communs, fort similaires au récit de Jung.
  C'était donc La vie après la vie, du docteur Raymond Moody, qui se trouve être le 30 juin 1944, le jour même de la mort de Haemmerli !

  Les études de Moody l'ont ensuite amené à croire en la réincarnation, et il est ébouriffant qu'il soit né le jour même de la mort d'un médecin sceptique impliqué dans ce qui est peut-être le plus fascinant témoignage de NDE historique. On pourrait imaginer que Haemmerli, avant de mourir de septicémie, se fût dit : Bon sang ! ce Jung avait raison. S'il m'était donné une autre vie, je la consacrerais à étudier cet étrange phénomène.
  Si je ne connais pas l'heure de la mort de Haemmerli, Moody serait né selon cette page à 20 h en Géorgie, soit le 1er juillet en Europe, après la mort de son confrère suisse.
  Moody ne connaissait en 1975 que des cas récents, mais son livre suivant, Lumières nouvelles sur La vie après la vie, donne en 1977 quelques cas historiques, dont brièvement celui de Jung:
D'un égal intérêt est le fait que le célèbre psychiatre Carl Gustav Jung connut une expérience semblable au cours d'un coma : il en a écrit le récit détaillé dans le chapitre intitulé Visions du livre Ma Vie.

  Je suis venu à m'intéresser aux pionniers des NDE à la suite d'une découverte qui sera peut-être jugée moins immédiate, bien qu'elle me semble au moins aussi fascinante.
  Ce 20 octobre, après avoir posté le dernier billet, j'ai jeté un oeil peu complaisant sur Enquête sur l'existence des anges gardiens, de Jovanovic. En fait  j'y ai trouvé des passages dignes d'intérêt, et surtout un rappel des 5 stades retenus dans l'étude de Kenneth Ring, l'un des premiers à avoir marché sur les traces de Moody.
  Alors que Moody ne s'appuyait que sur une centaine de cas, la validation du phénomène a multiplié les témoignages, et Ring a soumis à des milliers d'expérienceurs un questionnaire d'où il a tiré dans Sur la frontière de la vie (1980) un schéma en 5 stades d'une NDE type, d'après les pourcentages recueillis :
1) - sensation de paix et de sérénité (60 %)
2) - séparation du corps physique (37 %)
3) - entrée dans l'obscurité (du tunnel) (23 %)
4) - vision de la Lumière (16 %)
5) - fusion avec la Lumière (10 %)
  J'avais déjà lu ceci dans le temps, mais je n'avais pas prêté attention aux nombres qui, aujourd'hui, m'évoquent aussitôt une suite d'or, ainsi, à partir de 60, les divisions successives par Phi (1.618) mènent à
60.00  - 37.08 - 22.92 - 14.16 - 8.75
  Les 3 premiers pourcentages en sont le reflet idéal, et, si l'on voulait voir une corrélation avec cette suite d'or, on pourrait avancer que la marge d'erreur est nécessairement plus élevée sur les pourcentages les plus faibles, mais pourquoi existerait-il une telle corrélation ?
  Je n'en ai aucune idée (la loi de Zipf rend compte dans certains cas de curiosités analogues, mais sans référence connue au nombre d'or). J'observe encore que 60 % est proche de la section d'or de 100 %, et voici ce que serait la suite d'or construite à partir de 100 :
100.0 - 61.8 - 38.2 - 23.6 - 14.6 - 9.0

  Voici donc ce qui m'a conduit à un renouveau d'intérêt pour les NDE, et à ressortir mes livres sur la question, dont celui de Paul Misraki, Les raisons de l'irrationnel (achevé d'imprimer le 14 avril 76, mais déjà paru en 1970 sous le titre Plaidoyer pour l'extraordinaire), où j'avais découvert, le 4/4/4 !, le schématisme du 4/4/44 de Jung.
  J'avais bien sûr ressorti aussi ce livre lorsque j'ai découvert le motif 4-1 autour du 4/4/44, et relu le passage concernant Jung au chapitre X, mais j'avais alors manqué le récit au chapitre III d'une expérience vécue par une connaissance de Misraki lors d'une anesthésie ayant mal tourné, où il constatait des points communs avec le cas de Jung qu'il détaillerait plus loin.
  Ainsi quelqu'un avait envisagé la parenté des témoignages d'expérience de mort imminente bien avant la parution du livre de Moody, et en utilisant le cas de Jung ! Après avoir 40 ans plus tôt offert à Ray Ventura un succès éternel avec Tout va très bien, madame la marquise, et de nombreux autres titres, Misraki s'avère le précurseur d'un autre Ray, Ray Moody...
...pour ce qui concerne la publication du moins, car Moody avait découvert le phénomène dès 1965, pendant ses études de médecine. Après la publication de son livre, il a appris qu'il avait damé le pion à d'autres médecins qui avaient aussi recueillis de nombreux cas.
  C'est Paul Misraki qui a traduit et préfacé les deux premiers livres de Moody, en 77 et 78.

  J'avais signalé que PAUL MISRAKI = 50/80 est ce que j'appelle un nom doré, soit un nom dont la somme  prénom+nom se répartit selon le nombre d'or en deux entiers correspondant au prénom et au nom. Deux listes de 3700 actrices et 2700 acteurs livrent exactement la même probabilité de 1 chance sur 35, ce qui est proche du calcul pour deux entiers tirés au hasard dans une fourchette comparable.
  Un nom doré n'est donc pas particulièrement extraordinaire, et mon intérêt porte plutôt sur le contexte où apparaissent de tels noms, ainsi on est loin du 1/35 dans la liste des 27 auteurs de fiction qui ont évoqué dans leurs oeuvres le nombre d'or, à ma connaissance, où j'ai relevé 4 noms :
PERNILLE RYGG = 91/57
GEORGES PEREC = 76/47
PHIL DICK = 45/27
MARK Z - DANIELEWSKI = 69/112
  Si Pernille Rygg ne figure ici que pour le titre de son polar La section dorée, le nombre d'or joue un rôle essentiel dans l'oeuvre, sinon la vie, des trois autres, alors que la plupart des autres auteurs ne sont présents qu'à titre anecdotique. Si je me suis permis une licence en utilisant le diminutif de Dick, elle est compensée par le fait que MARK/Z = 43/26, autre couple doré.

  Il faudra que je donne le détail de cette liste, qui n'est pas close. Si les noms dorés, 4/27, y sont nettement plus abondants que l'espérance 1/35, que dire alors de la liste officielle des 5 cofondateurs de IANDS, l'Association internationale d'étude des expériences de mort imminente ?
  Ils furent donc 5 lors de cette fondation en 1978 à Peoria, et voici leurs noms et diminutifs éventuels :
JOHN AUDETTE = 47/76
KENNETH RING = 77/48
 ou KEN RING = 30/48
RAYMOND MOODY
 ou RAY MOODY = 44/72
MICHAEL SABOM
 ou MIKE SABOM
BRUCE GREYSON

  Selon le témoignage de John Audette, considéré comme le principal artisan de cette fondation,
Thus the formal organization known today as IANDS was indeed co-founded and co-created by Drs. Greyson, Moody, Ring and Sabom and myself.
  Il y a donc 3 dorés parmi les 5 (3 sur 5 qui était pour Phil Dick le premier rapport fibonaccien significatif), ou encore 4 noms dorés parmi les 8 possibilités (ce qui en considérant 1 chance sur 30 pour un nom doré mène à une probabilité d'environ 1 chance sur 7000).
  Je suis frappé par la réunion des deux diminutifs
MOODY-RING / RAY-KEN = 120/74 = 60/37, les pourcentages établis par Ring pour les deux premiers stades de la NDE type (et RING/KEN = 48/30 = 16/10 correspond aux deux derniers stades).

  Le cas de Ring est exceptionnel, avec son nom officiel doré comme le diminutif sous lequel il se présente volontiers. Il est le 13/12/1935, l'année des 60 ans de Jung, celle où il a achevé la 4e étape de l'édification de la Tour de Bollingen, qui connaîtrait un 5e stade en 1956.
  J'ai eu la curiosité de regarder parmi ma liste des acteurs dorés s'il existait un "homorithme" 77/48, et il y en a un, Scott Bakula, intéressant car il est d'abord connu comme héros de la série Code Quantum, où Sam Beckett est perdu dans le tourbillon du temps, se trouvant à chaque épisode dans la peau d'un personnage à un tournant de sa vie.
  J'ai été frappé de voir un de ses premiers sauts dans le temps (épisode 1/7) le 6/6/61, le jour même de la mort de Jung. Il devient donc le jeune Cameron Wilson, et sa mission est d'empêcher le mariage de sa soeur Cheryl avec un mauvais garçon. Cheryl est étudiante en psychologie, et doit donc connaître Jung...
  Une autre date d'incorporation de Sam a attiré mon attention, le 4 avril 60 dans l'épisode Goodbye Norma Jean (5/18). Il s'y trouve dans la peau du chauffeur de Marilyn Monroe, pendant le tournage des Misfits, et doit empêcher une mort prématurée de la star.
  Marilyn est menacée par Barbara qu'elle engage comme secrétaire ce 4/4, et qui intrigue pour prendre sa place, d'une part en encourageant ses vices, alcool et barbituriques, d'autre part en la remplaçant sur le tournage quand Marilyn est indisponible. Ceci est bien sûr inspiré par All about Eve de Mankiewicz (où Eve, Anne Baxter, tente de prendre la place de Margo, Bette Davis).
  Sam parvient à contrer ces agissements, et Marilyn achèvera le film de Huston (et l'histoire officielle enregistrera son décès le 5/8/62).
  Ce 4/4/60 n'est pas un 4 avril quelconque, car c'est aussi la date de l'indépendance du Sénégal, qui sera commémorée 44 ans plus tard par Youssou N'Dour dans sa chanson 4-4-44, le 4/4/4 qui est donc aussi le jour où j'ai découvert le schématisme du 4/4/44 dans le livre de Misraki...

  L'enquête sur Code Quantum m'a appris une curiosité. La date de naissance de Sam, le 8/8/53, est déduite de celle du créateur de la série, Donald Bellisario, le 8/8/35.
  Je connais deux autres cas de ce type, et ils concernent aussi des créateurs nés une année dont le dernier chiffre du millésime excède de deux unités le précédent, en conséquence leurs personnages ont 18 ans de moins qu'eux. De fait ces cas concernent 3 années successives offrant ce schéma :
Don Bellisario (8/8/35) a créé Sam Beckett (8/8/53)
JiBé Pouy (2/1/46) a créé Pierre de Gondol (2/1/64)
Jaco van Dormael (9/2/57) a créé Nemo Nobody (9/2/75)
  Je rappelle que Nemo Nobody est un nom doré (47/75), qui m'était apparu lors de sa découverte comme un troisième nom doré pour un voyageur du temps.
  Il est en outre le héros d'un film où apparaît la suite de Fibonacci.

  Sans que je le cherche expressément, le thème natal de Raymond Moody m'a appris que deux personnes connues de moi étaient nées le même jour que lui, le 30/6/1944 :
- Guy Mardel, qui eut son temps de gloire en 1965 avec la chanson N'avoue jamais.
- Anna Torv, première femme de Rupert Murdoch, ce que j'ignorais, mais je connais fort bien sa nièce homonyme, Anna Torv, héroïne de la série Fringe où on voyage occasionnellement dans le temps. Phi et la suite de Fibonacci y sont abondamment évoqués; j'ai déjà montré l'affiche inaugurale où figurent les nombres 5-8-13-21-34 en braille, et voici une autre image promotionnelle où Anna Torv apparaît devant un tableau de calculs sur Phi, comme
(2φ + 1)/(φ + 2) = (5 + 3√5)/10 = 1.17082

  Raymond... Il m'est venu une lecture
Ra - y - Mond,
soit en égypto-hispano-allemand "Soleil et Lune". Je rappelle les étranges relations d'or associées à l'échange de 1944, dont les dates 11/2, 4/4, et 30/6 bornent des périodes de 53 et 87 jours, nombres qui non seulement sont en rapport d'or, mais correspondent aux valeurs des mots hébreux 'hama et levana, "soleil" et "lune", dont les symboles sont gravés en gros sur la pierre de Bollingen (les 5 autres astres classiques y figurent aussi, mais en plus petit), sculptée par Jung en souvenir de sa guérison de 44.
  L'autre relation est Jung-Haemmerli = 52-84, nombres correspondant encore en hébreu aux noms Elie et Enoch, les seuls personnages de l'Ancien Testament montés au ciel de leur vivant, cas souvent cités dans les études sur les NDE. 52/84 se simplifie en 13/21, et je rencontre si souvent l'association de ces deux nombres de Fibonacci que j'ai tenté ce recensement riche déjà de plus de 80 cas.

  Si Raymond est un prénom d'origine germanique, issus des mots ragin, "conseil", et mund, "protection", il peut être tentant de rapprocher ragin de la racine indoeuropéenne reg d'où viennent les mots "raja", "roi", "règle", "recto", etc.
  De toute manière le diminutif Ray est homonyme de l'espagnol rey, "roi"; j'ai évoqué ici une remarquable série de coïncidences RAY-REY, faisant intervenir le grec basileus, "roi". Dans sa vision de 44, Haemmerli apparaissait à Jung en "Basileus de Kos", le titre que se donnaient les premiers disciples d'Asclepios (Esculape).
  L'une des coïncidences concernait le Ray le plus fameux, Ray Charles, né Raymond Charles Robinson, dont le pseudo associe le "remplaçant" en quelque sorte de Haemmerli et Jung lui-même (Carl). Cette association peut faire apparaître les deux dates gémellaires 4/4 et 6/6 bornant le dernier cinquième de la vie de Jung :
RAY CHARLES = 44 66

  A propos du 4/4, mon dernier billet me faisait rappeler le film 1984, tourné à partir du 4/4/84, conformément au déroulement du roman. C'est une curiosité que La vie après la vie soit paru en 1984 sous le n° 1984 dans la collection J'ai Lu.

  J'ai revu le film L'expérience interdite, de Joel Schumacher (1990), où 5 étudiants en médecine tentent d'explorer le phénomène en se plaçant en état de mort clinique. Seuls 4 d'entre eux tentent effectivement l'expérience, et leurs noms m'ont été évocateurs :
Nelson Wright    =  79  85
Rachel Mannus   =  47  82
David Labraccio =  40  64
Joe Hurley         =   30  89
       totaux        = 196 320 = 4 (49 80)
  Il y a un nom doré, 40/64 = 5/8 (Fibo), et surtout la moyenne prénom/nom pour les 4 est 49/80, rapport doré bien connu (par exemple 80/49 pour Anne-Marie Green, directrice de la collection ayant édité le livre sur le nombre d'or chez Bach).
  Dans ce quaternion jungien, 3 hommes et 1 femme, la femme a un nom de valeur 129 correspondant à la moyenne exacte du groupe.

  196 est aussi la valeur des 3 noms dorés des cofondateurs de IANDS, et le calcul avec les diminutifs donne un résultat très particulier :
JOHN-RAY-KEN = 47+44+30 = 121
AUDETTE-MOODY-RING = 76+72+48 = 196
121/196 est un parfait rapport d'or, mais ce sont aussi deux carrés, et donc 14/11 est une bonne approximation de la racine de Phi, √φ. C'est encore la pente de Khéops.

  La proximité de Kenneth/Ring = 77/48 et John/Audette = 47/76 m'a rappelé le cas de Caroline/Graham = 77/48, créatrice du personnage de l'inspecteur Barnaby dans la ville imaginaire de Causton, mot que j'ai retrouvé dans les hétérogrammes d'Alphabets de Georges Perec = 76/47. Ce sont des poèmes carrés de 11x11 = 121 lettres, et Perec en a expérimenté d'autres formes, jusqu'aux 14x14 = 196 lettres de Métaux.

  Je veux encore revenir sur Phil Dick = 45/27 = 5/3, depuis mes 20 ans un de mes auteurs de prédilection. J'ai trouvé dans son roman de 1977 Substance mort le récit d'une expérience qui m'a rappelé celle que j'avais faite avant mes 20 ans.
  J'ai ensuite appris que Dick avait conté ce qui lui était arrivé à lui-même, au début de sa crise de février-mars 1974, et qu'un détail non mentionné dans son premier récit était que le seuil vers l'autre monde dont il avait eu la vision était un rectangle d'or.
  J'ai donné ici le récit de ma propre expérience, que j'ai également transmis à un forum spécialisé. Selon son animatrice Martine, qui semble connaître parfaitement la question, de telles expériences ne sont pas des NDE mais des ECM, expériences de conscience modifiée. Les points communs sont cependant frappants.

  Le nom RAYMOND MOODY = 90-72 est aussi intéressant au niveau quaternitaire, car 90/72 = 5/4.
  Je rappelle qu'on pourrait considérer que Haemmerli a sacrifié sa vie, à 60 ans, pour donner à Jung une nouvelle tranche de vie, le quart de ses 25088 jours au 4/4/44, soit 6272 jours. J'ai évoqué à multiples reprises le sonnet de Perec de valeur 6272, mais je m'aperçois que j'ai omis de mentionner sur cette page dédiée la propriété de son acrostiche, ANAQCHIDUPSOSO = 162, qui se répartit en
6 voyelles AAIUOO = 62
8 consonnes NQCHDPSS = 100
partage doré immédiat de 162, aussi valeur de RAYMOND MOODY

  Il a été vu des possibilités de lecture numérologique pour 3 des 5 cofondateurs de IANDS, dont les noms complets sont donc
JOHN AUDETTE = 47+76 = 123
KENNETH RING = 77+48 = 125
RAYMOND MOODY = 90+72 = 162
 S'il n'y a rien d'immédiat pour les deux autres,
MICHAEL SABOM = 51+50 = 101
BRUCE GREYSON  = 49+103 = 152
il est frappant que leur somme 101+152 = 253 soit la section d'or entière de la somme des 3 autres noms, 123+125+162 = 410.

PS du 7 novembre : Hier je me suis souvenu d'une curiosité de l'adresse de IANDS pendant plus de 30 ans, le domicile de Bruce Greyson, 1308 Wertland St, à Charlottesville, VA. J'avais appris ceci il y a deux ans lors de la vision de l'Enquête Extraordinaire de Stéphane Allix consacrée aux NDE, qu'on peut visionner ici (temps 25:36, et je remarque la durée totale 80:50 correspondant à Misraki:Paul), et j'avais remarqué ce 1308 qui d'une part exhibe les Fibos 13-8, d'autre part correspond à la valeur du mot grec tykhè, "destin", également nom de la déesse de la destinée.

20.10.12

verbal corpse

  La découverte, relatée précédemment, de la gématrie fibonaccienne de San Michele, 34/55, a eu pour moi un écho immédiat avec une autre découverte, environ 3 semaines plus tôt.
  Après l'écriture de Diagonales m'est revenu un vague souvenir : lors de mon étude intensive de la littérature à contraintes à partir de 1996, je crois avoir lu que le premier roman de Le Clézio offrait une contrainte formelle. Je crois avoir alors parcouru ce texte, Le Procès-verbal (1963), et y avoir repéré quelque chose comme un tableau en lettres majuscules...
...avec peut-être des diagonales. Aussi j'ai emprunté le livre à ma médiathèque, mais n'y ai vu aucun tableau, ni rien qui me rappelle une lecture antérieure. En revanche j'y repère quelque chose que je n'aurais pu oublier si je l'avais vu après avoir "décodé" (en octobre 1996) La lettre d'amour du roi George, de Leblanc, où la 14e lettre manquante parmi 18 m'a semblé être la lettre N, son absence laissant les groupes A-M, O-R.
  Or les chapitres du ROMAN de Le Clézio sont numérotés selon la séquence alphabétique, de A :
A. Il y avait une petite fois, pendant la canicule, un type qui (...) s'appelait Adam; Adam Pollo.
à R :
R. Il était enfin, maintenant, à l'ombre; assis au frais dans une chambre propre, que l'orientation vers le Nord protégeait hermétiquement du soleil.
Comme indiqué ci-dessus, donc, avec la lettre en lieu et place du retrait introduisant habituellement un paragraphe, respecté ailleurs. Les chapitres suivent la séquence de l'alphabet, mais il n'y a pas de chapitre Q. On ne passe cependant pas directement du chapitre P au R, séparés par 3 pages imitant des pages de journal, la une avec des titres dont deux correspondent au 13 juillet 62, et deux pages intérieures développant deux sujets, Un maniaque arrêté à Carros, évoquant le cas du jeune Adam P (qui selon le récit a été arrêté le 29 août), et Enigme en Corse, étrange fait-divers probablement imaginaire.
  Adam P. pourrait être aussi A. Pollo, et je ne vois pas comment j'aurais pu manquer ceci, alors que fin 95 début 96 j'étais plongé dans des recherches virgiliennes sur les nombres 45 et 331 de Caesar et Apollon, qui me conduisirent à écrire mon premier hétérogramme, en 45 vers et 331 lettres, le jour de mes 45 ans et 331 jours, le 2 juin 96.

  J'ai hélas déjà pu constater à quel point ma mémoire peut être défaillante, aussi je me garde d'être catégorique sur ce qui a pu se passer il y a 16 ans.
  Ma lecture actuelle m'amène à jouer avec les noms des personnages, à vrai dire peu nombreux, puisque Adam est livré à lui-même durant les 16 premiers chapitres, mais se lâche dans le chapitre R, long dialogue avec l'étudiante Juliette R., à l'hôpital psychiatrique.
  Une jeune fille est cependant constamment présente à son esprit, Michèle, dont n'est révélé que ce prénom, or
MICHELE = 55
ADAM POLLO = 19+70 = 89
et 55 et 89 sont les termes 10 et 11 de la suite de Fibonacci, donnant un excellent rapport d'or pour ce couple.
  Je me souviens n'avoir réellement lu qu'un seul Le Clézio, Poisson d'or (1997), vers 2001, pour une seule raison, la valeur de
POISSON D'OR = 144,
12e terme de la suite de Fibonacci, ou 55+89.
  Ce sont mes études queeniennes qui m'avaient mené à cette expression "poisson d'or". Si mes découvertes dorées dans divers domaines relèvent pour moi essentiellement de la coïncidence, du hasard objectif, de la synchronicité, ou de quelque nom dont on affuble le phénomène, le cas de Queen, ou plus exactement de Fred Dannay, demeure à part.

  En effet, si un auteur dissimule un motif dans son oeuvre, un lecteur zélé peut espérer y trouver aussi des confirmations de ce qu'il suspecte, et je crois avoir trouvé de tels indices chez Queen, un indice majeur étant le poisson d'or.
  Dans The Golden Summer, écrit par Dannay seul en 1953, l'ensemble des combinaisons financières du jeune Danny semble dessiner un parfait motif fibonaccien, 178-110-178 (ou 2 fois 89-55-89), et l'épisode de la tombola semble faire sens à lui seul : le détail des 39 billets vendus à 24 personnes occupe presque une page entière, et 39/24 = 13/8 (Fibo).
  Pour le tirage, Danny a emprunté le bocal (bowl) du poisson rouge (goldfish), qui donne son titre au chapitre, The Verdict of the Fish Bowl, dans lequel on entend les syllabes Fi-Bo...
  Un calcul final montre qu'en fait 24 personnes ont acheté 40 billets, avec 40/24 = 5/3 (Fibo).

  Ces fractions 13/8 et 5/3 se retrouvent étonnamment dans The Finishing Stroke (1958), Le mot de la fin, où 20 cadeaux sont répartis en 12 mystérieux envois, 20/12 = 5/3. Lors du 8e envoi, Ellery s'interroge: Huit boîtes, 13 objets. (…) Un rapport mathématique existait-il ?
  En fait la section d'or des 20 objets et 12 envois tombe sur le 12e objet du 7e envoi, et ce 12e cadeau est un réel poisson d'or (golden fish), un minuscule poisson exotique frétillant dans un petit bol d'eau.
  Une coïncidence a éveillé mon attention : dans l'édition française la plus courante du roman (Le mot de la fin, J'ai Lu n° 1797), l'expression poisson d'or apparaît page 144, ce qui est précisément la valeur de POISSONDOR, 12e Fibo bien venu pour ce 12e cadeau.
  De plus des coïncidences dorées concernaient les tonalités fis-h chez Bach, ce qui me fit alors lire Lettres à Poisson d'or de Joë Bousquet comme Poisson d'or de Le Clézio, sans rebond immédiat.

  Je me souviens du sujet de Poisson d'or, lu sans difficulté, mais qui ne m'a pas donné envie de lire d'autres Le Clézio. Le roman n 'est plus disponible à ma médiathèque, il me semble que "poisson d'or" n'y apparaît que dans un proverbe amérindien en exergue au texte, s'appliquant à l'évidence à l'héroïne, jeune immigrée marocaine.
  Je n'ai lu ce Le Clézio, mon premier, qu'à cause de son titre et de sa valeur 144, or ce titre désigne l'héroïne du roman. Le Procès-verbal, que je l'ai regardé ou non jadis, est mon second Le Clézio scruté en détail, et son personnage principal, sinon unique, est ADAM POLLO = 89, préoccupé par MICHELE = 55.
  Sa structure en 18 chapitres moins un m'évoquait donc les 18 lettres de la nouvelle de Leblanc, où manquait la 14e lettre, soit N, or, dans le roman de Queen, les 20 mystérieux cadeaux correspondent aux 20  lettres de l'alphabet sémitique qui ont leurs descendances immédiates dans notre alphabet, le poisson (accessoirement d'or) étant le N, ou Nun sémitique. Au Q manquant chez Le Clézio (Q comme Queen !) correspondrait le 15e cadeau du 9e envoi (encore 15/9 = 5/3), le Qof représenté par un singe (dans une nouvelle de Le Clézio, Les bergers, certains personnages ou animaux sont identifiés par des lettres arabes, la petite Khaf, le renard Mîm, le chien Noun).

  Je n'en déduis rien, et reste essentiellement ébahi devant ces échos. J'avoue ne pas pouvoir entrer dans Le Procès-verbal, que je n'ai pu lire linéairement, et être resté plutôt imperméable aux autres Le Clézio consultés ensuite.
  Alors s'il y a des indices qui pourraient y étayer l'hypothèse d'une volonté de codage sophistiqué, comme j'en ai vus chez Leblanc ou Queen, ils m'ont échappé (le mot Haine avec une majuscule au chapitre R me semble insuffisant comme allusion à N-AMOR), mais une curiosité est étrangement parallèle au rapport doré idéal 89/55 du couple ADAMPOLLO/MICHELE.
  Au chapitre M, l'obsession de retrouver Michèle entraîne Adam à téléphoner chez son amie Sonia Amadouny, avec qui il suppose qu'elle est. Ce nom revient à plusieurs reprises, ainsi que le numéro 88.07.54, or
SONIA AMADOUNY = 58/94 est un nom doré, et on retrouve une paire dorée dans deux des combinaisons du numéro de téléphone, 54/88 (les nombres précédant immédiatement 55/89).
  Je remarque que le nom de l'amie commence par les mêmes lettres AMAD que ADAM, lettres qui m'évoquent particulièrement la nouvelle de Leblanc, où la 14e lettre perdue parmi 18 peut se traduire par le motif 13-1-4, soit dans notre alphabet M-A-D, et également dans l'alphabet hébreu où le nom Adam, "homme", s'écrit en 3 lettres, ADM.
  Un "détectande scriptural", selon l'expression d'Annie Combes, pourrait être présent dans la nouvelle où le détenteur de la 14e lettre devient "comme fou", mad, face à l'Anglaise qui la cherche.

  L'obsession d'Adam pour Michèle et le numéro de téléphone qui permettrait de la trouver me fait penser à l'obsession de Gaspard pour Geneviève et son téléphone Babylone 15-63 dans Le Condottière de Perec, écrit en 1960 mais publié bien plus tard, en mars dernier.
  L'impossibilité de contacter Geneviève pousse Gaspard à un acte extrême, assassiner son patron Anatole Madera, dont le nom doit probablement se comprendre mad era, "ère folle". Le prénom m'est nouvellement évocateur puisque les Grecs interprétaient le nom ADAM comme acronyme des 4 vents, Anatole-Dysis-Arktos-Mesembrion.
  Je rappelle que Anatole Madera est un nom doré, correspondant au rapport Fibo 34/21, et que d'autres Fibos apparaissent dans le roman, où il est explicitement question du nombre d'or.
  Le Procès-verbal s'achève à l'HP où Adam est interné, un A. mad...
  Si je ne suis probablement amené à ce rapprochement que par la proximité de mes lectures, il peut être remarqué que Le Procès-verbal a obtenu le Prix Renaudot en 1963, décroché par Perec en 1965, également pour un premier roman publié.

  A propos de prix, le jeu doré 54/88 du téléphone de Mlle Amadouny m'a aussitôt rappelé le jeu Obama/Nobel en hébreu, évoqué dans le dernier billet, et d'abord dans le billet Disparitions où il était question du procureur Lebon s'acharnant à poursuivre un écrivain nobélisable, dans un roman d'Antoine Bello.
  Le Clézio a obtenu le Nobel en octobre 2008, quelques semaines après ma découverte de l'équilibre autour du 4/4/44, et j'ai trouvé dans le Procès-verbal une préfiguration d'un jeu subtil du roman de Bello, où le policier qui tient son journal utilise deux types de ratures, la rature simple pour éviter de relire des passages qu'il ne veut cependant pas perdre, et le pâté pour effacer définitivement d'autres passages.
  Ces deux types de rature apparaissent au chapitre O (comme O rayé), où est reproduit un cahier achevé par Adam Pollo le dimanche 29 août; on y trouve encore un 3e type, des mots dont seules quelques lettres sont données, mais les blancs restent aisés à remplir.
  Dimanche 29 août ? nous sommes en principe en 1962, mais en 1962 le 29 août était un mercredi. En revanche le 29 juillet était un dimanche. Par ailleurs deux des événements en une du journal du lendemain de l'arrestation d'Adam ce même dimanche correspondent au 12 juillet 1962 (verdict dans l'affaire Locussol, Ben Bella à Oran).

PROCES VERBAL = 76+60 = 136,
soit la valeur de Jung-Haemmerli, 52-84, que je retrouve dans VERBE CORPSAL = 52-84, mais le mot "corpsal" ne semble exister que dans un rare langage informatique.
  J'ai préféré VERBAL CORPSE pour le titre de ce billet, qui existe plus sûrement, et qui est par exemple une appellation du cut-up chez Burroughs. Je trouve aussi l'expression dans une analyse de 1984 d'Orwell, qui a attiré mon attention car le roman commence un 4 avril, et sa plus fameuse adaptation a été tournée à partir du 4/4/84.
  L'exemple de cut-up donné chez Burroughs (Will////// ughs ////// ward////// Burro// iam / Se.) est proche des blancs laissés par Adam dans son cahier, comme
Il faut se défendre soi-même; et quand on est seul, on se dé      raime   mal contre les punaises (...)
  Avant de prendre le sens de "cadavre", l'anglais corpse avait un sens plus général, et le "corps verbal" évoque d'abord au mécréant que je suis le formidable L'oratoire des aveugles de Lahougue, publié dans Formules n° 4, texte bâti en abîme autour d'une prétendue révélation mariale :
Mon Seigneur m'envoie à la rencontre des silencieux, en cet abîme d'éructeurs, pour les conduire jusqu'à Lui le Verbe fait corps.
  Le texte correspond à la basilique virtuelle envisagée pour commémorer l'apparition, avec ses murs constitués par les lisières du texte, et ses arcs de voûte par des diagonales isogrammes. Je cherchais des diagonales dans le Procès-verbal, et il y en a dans ce "corps(e) verbal"...

  Un autre écho à mes préoccupations essentielles apparaît dans le chapitre N (comme Nobel ou Nun du poisson d'or), avec les différentes étapes de la transformation du méthane en tétrachlorure de carbone, souvent associé à Daumal. Il y a des erreurs dans les équations chimiques, peut-être volontaires car mon texte n'est pas une première édition (où elles figuraient déjà) :
CH4 + Cl2 = CH3Cl + ClH
CH3Cl + Cl2 = CH2CL2 + ClH
CH2Cl2 + Cl2 = CHCl3 + Cl4
CHCl3 + Cl2 = CCl4 + Cl4
Le L majuscule de la seconde équation devrait être minuscule, et les 4 en rouge des deux dernières équations devraient être remplacés par des H.
  Ce chapitre N est un bric-à-brac rappelant certaines pages de Perec, où des contraintes imposent la réunion d'éléments disparates, et ces équations chimiques sont suivies par l'évocation d'une femme lisant un livre aux pages mangées par les vers, au titre martelé en lettres inégales
INGOLDSBY LEGENDS
Le livre existe, mais les valeurs 107/66 de ces mots correspondent encore à un rapport doré.

  Dans le dernier chapitre, le mad Adam interné parle d'un ami d'école, Sim(on) Tweedsmuir, qui avait conçu un programme par étapes successives lui permettant d'arriver à 30 ans au stade divin. On peut imaginer que ce Sim est Adam lui-même (âgé de 29 ans), sinon JMG. Ceci me rappelle Tony Amsterdam dans Substance mort, de Phil Dick qui évoque par le biais de ce personnage une expérience qu'il a vécue lui-même, la vision d'un seuil vers un autre monde, un seuil en forme de rectangle d'or.

  J'ai consulté quelques autres Le Clézio, essentiellement feuilletés sauf le court roman Hasard (1999), qui m'a intrigué par une structure formelle inhabituelle.
  Le récit est réparti en 20 sections ou chapitres, non numérotés, et certains chapitres ont des titres, 12 en tout, les autres non. Voici ce qu'en pourrait être la Table des chapitres :
1 - Azzar
2 - Nassima
3 -
4 - Moguer
5 - Comment Nassima, déguisée en garçon, (...)

6 - L'océan
7 -
8 -
9 - Une tempête à Nargana
10 -
11 - Un commissariat sous les tropiques
12 - Un naufrage
13 - Une saison à Fréjus
14 - Quelques éléments de conversation
15 -
16 -
17 - La nuit de Medellin
18 - Le jugement
19 -
20 -

  Mon attention a été attirée par le rapport 12/20, le même rapport doré du Mot de la fin dont le poisson d'or m'avait conduit à lire le roman homonyme de JMGLC. En répartissant les chapitres en couples titré/non-titré, on obtient la séquence
2/1 - 3/2 - 1/1 - 4/2 - 2/2
ce qui correspond aux partages dorés de 3-5-2-6-4, les 5 premiers nombres partageables en deux entiers non nuls.
  Je n'en déduis rien, et la lecture du roman, peut-être pas assez attentive, ne m'a livré aucun indice permettant d'envisager une intention dorée. Je rappelle que le nombre d'or peut correspondre à un facteur de désordre maximal, aussi j'imagine que toute architecture binaire visant à imiter le hasard ressemblerait plus ou moins à ce découpage des chapitres, mais comment évaluer la probabilité pour que ce découpage puisse être exactement décrit par une formule simple ?
  Le Azzar est le yacht du cinéaste Moguer, symbole de sa liberté. Il est accidenté au chapitre 12, Un naufrage, et Moguer se consacre ensuite d'abord à tenter de le réparer, puis à le saboter, après avoir perdu tout espoir de reprendre la mer. Le chapitre 20, non titré, s'achève avec le sabordage du Azzar, au moment même de la mort de Moguer.

  La bizarre construction de Hasard m'a rappelé l'extraordinaire équilibre doré des Poulpes/non-Poulpes dans la collection Baleine, certifié dû au hasard par ses responsables. On peut encore identifier les Poulpes dans cette collection par leur couverture, illustrée par Miles Hyman, et j'ai été  amusé de trouver une illustration de Hyman en couverture de l'édition de Mondo où j'ai découvert la nouvelle Les bergers mentionnée plus haut.
  A propos d'illustrations, j'ai été surpris d'apprendre qu'il existait une édition du Procès-Verbal illustrée par Baudoin, par ailleurs illustrateur et ami de Fred Vargas, à laquelle il a servi de modèle pour son héros Adamsberg (un flic ou "poulet", pollo). Je me suis interrogé ici sur certains schémas dorés dans une enquête d'Adamsberg.

  Le jeu 12-20 m'a aidé à voir une possibilité dans le Mot de la fin, où seul le 12e cadeau, le poisson d'or, est quelque chose de vivant, tandis que le 20e est le poignard, retrouvé planté dans le dos d'un cadavre (corpse)...
... et ce serait bien l'occasion de parler de verbal corpse, puisque l'assassinat final est guidé par la séquence alphabétique. Je remarque qu'à ces cadeaux correspondent les lettres N et Z, qui peuvent se déduire l'une de l'autre par rotation d'un quart de tour.
  Après ce roman conçu comme la fin des aventures d'Ellery Queen, Dannay est revenu 5 ans plus tard à l'écriture, en 1963 (année du Procès-verbal) avec L'adversaire, où les meurtres de York Park décrivent un N centré sur la stèle érigée "en vivant souvenir" (in living memory au lieu de l'habituel in loving memory) de Nathaniel (rappelant le nom de naissance de Dannay, Daniel Nathan).

  En mars dernier je me suis livré à une nouvelle anagramme de Vocalisations de Perec, Consonnantisations, hommage aux 20 consonnes présentes dans le sonnet de Perec, avec les 16 premières permutées pour obtenir un carré magique, les 4 autres étant données dans l'ordre alphabétique VXYZ.
  J'ai eu à coeur d'associer le poignard du Mot de la fin au Z, sans je crois avoir été conscient qu'il s'agissait de la 20e lettre comme chez Queen. Ce sont des contraintes numériques totalement indépendantes de Queen  qui m'ont conduit à placer le N en 12e position, comme dans Le mot de la fin : le carré magique impliquait une valeur 135 pour les 12 premières lettres, et le nombre d'or 121 pour les 11 premières.

  12 et 20 font partie de la suite de Fibonacci multipliée par 4, se poursuivant par 32 (Emma), 52 (Jung), 84 (Haemmerli), 136 (Procès-verbal)...
  La récurrence des rapports 13/21 (par exemple 52/84) me semble si importante que j'ai tenté de les recenser ici, parvenant assez vite à plus de 80 cas. On comprendra que je ne peux les citer tous à chaque évocation du couple 13-21, et que je ne peux d'ailleurs les avoir tous à l'esprit ensemble.
  J'ai donné un maximum de liens, mais certains cas sont inédits, notamment celui de l'actrice
Michaela McManus = 52/84
particulièrement connue pour son rôle du procureur adjoint Kim Greylek dans la saison 10 de New York unité spéciale. Les actions des épisodes y sont en phase avec leurs dates de première diffusion, ainsi l'action du premier épisode de la saison, diffusé le 23 septembre 2008, débute le 8 septembre 2008, le jour de mon intuition sur l'équilibre de la vie de Jung autour du 4/4/44.
  Je devais découvrir ensuite le nom de l'autre protagoniste de l'échange du 4/4/44, et la relation Jung-Haemmerli = 52-84, partage doré de la somme 136. Or le 8 septembre 2008 est aussi le premier jour de l'an pataphysique 136, le jour même où Michaela McManus = 52-84 se présentait à son nouveau poste à New York.
  Elle est née un 20 mai (1983), petite section d'or de l'année. J'ai déjà rencontré un personnage au nom doré, Paul Laffoley = 50-82, né à l'autre section d'or de l'année (14 août 1940), mais Michaela offre l'avantage d'un immédiat parallélisme avec sa date de naissance, par
(365 x 52) / 136 = 139.5..., soit le 20 mai vers midi.
  J'ignore si elle s'intéresse à Phi, alors que Laffoley en est mad :

  JMG Le Clézio est né 4 mois avant Laffoley, le 13 avril 1940.
  Le 13/4 a été pour moi une date essentielle, lorsque mes recherches étaient centrées sur la valeur d'ARSENE LUPIN, 134, et son partage doré en 51/83, magnifié certain 13 avril 2005.
  J'avais aussi envisagé que les 13-(1)-4 lettres du roi George, plus haut assimilées à M(A)D, soient une allusion au 134 d'Arsène Lupin (dont le découpage effectif 62-72 m'a été aussitôt évoqué par la gématrie 6272 des Vocalisations de Perec, rapportée plus tard aux 6272 jours vécus par Jung après le 4/4/44).

Note du 9/11 : Me demandant si les erreurs dans les formules chimiques du Procès-verbal avaient déjà été commentées, j'ai googlé "CL4" Clézio, et découvert qu'il existait une planète 19132 Le Clézio, découverte en 1988 et d'abord nommée 1988 CL4 (cette désignation provisoire a pu influencer le choix ultérieur de CLézio). Il existe aussi un astéroïde 2817 Perec.
Je rappelle que les erreurs sur les formules chimiques étaient CL (au lieu de Cl) et Cl4 (au lieu de ClH).